Le monde a parlé : l’Arctique doit être protégé!

Auteur: Farrah Khan

arctiqueVoici une bonne nouvelle : près du 3/4 de la population mondiale est d’accord ou fortement d’accord avec le fait que les gouvernements devraient créer une zone naturelle protégée dans l’océan Arctique autour du pôle Nord, un sanctuaire pour les animaux et la vie marine.

Et ce n’est pas tout : 71 % des répondants pensent que l’océan Arctique au grand complet devrait être exempt de tout forage pétrolier ou d’autres types d’industrie lourde.

Ce sont là les résultats d’un sondage inédit réalisé à l’échelle mondiale par l’Institut de recherche canadien RIWI à la demande de Greenpeace. Le sondage a été conduit en ligne, dans 30 pays, sur tous les continents et en 22 langues auprès d’échantillons représentatifs de la population en termes d’âge et de sexe. Au total, près de 31 000 personnes ont été sondées.

Au Canada, 80 % des répondants sont en faveur de la création d’une zone protégée en Arctique et 83 % sont favorables à l’interdiction des activités extractives dangereuses!

Aujourd’hui, des activistes du monde entier portent ce message “haut et fort” : ils escaladent des sommets et montent sur des toits pour réclamer la création d’un sanctuaire en Arctique.

Qu’attendent les gouvernements pour agir?

3 personnes sondées sur 4 demandent la protection du pôle Nord. Ces chiffres sont sans équivoque. Malheureusement, les gouvernements ne sont pas à la hauteur de leurs responsabilités.

Plus tôt cette semaine, le Conseil de l’Arctique – un forum intergouvernemental pour la coopération des pays riverains de l’Arctique – a organisé la première réunion du Conseil économique de l’Arctique, donnant aux industries un accès direct aux décideurs de l’Arctique. Cette initiative était réalisée sous la présidence du Canada qui, avec son agenda pro-industrie et anti-environnemental flagrant, est clairement déphasé par rapport à la volonté de la population mondiale.

Alors que les glaciers de l’Arctique fondent, plusieurs États riverains de l’Arctique (Canada, Groenland/Danemark, États-Unis, Russie et Norvège) ont déjà donné le feu vert à l’exploration et à l’exploitation de pétrole le long de leurs côtes et dans leurs eaux nordiques. Ils souhaitent en outre étendre leur souveraineté économique sur les ressources potentielles des fonds marins, rendues accessibles par le recul de la banquise. Ils ont donc tous présenté aux Nations Unies des revendications territoriales pour étendre leurs droits sur les ressources naturelles au-delà des 200 miles marins de leur zone économique exclusive (zone dans laquelle ils contrôlent l’exploitation des ressources du sous-sol).

Les priorités semblent donc établies : la protection de notre environnement, de notre climat et de l’avenir de nos enfants passe au second rang, derrière l’appétit insatiable des multinationales du pétrole, au premier rang desquelles Shell.

Il est temps d’agir!

Il faut saisir cette opportunité unique pour faire pression sur les décideurs afin d’assurer la survie de notre planète et protéger l’Arctique en mettant fin à la progression des industries vers le Nord. Laisser le pétrole de l’Arctique où il est, bien enfoui sous le lit de la mer, en plus de protéger la région de risques élevés de déversements majeurs de pétrole, permettraient aussi de laisser le carbone – qui accélère la fonte des glaces – sous la terre.

Le cœur de l’océan Arctique n’a pas encore été détruit. Mais il faut agir rapidement! Les gouvernements doivent travailler de concert à la mise en place d’un sanctuaire arctique, notamment sous la forme de réserves marines, pour barrer la route à l’exploitation pétrolière, gazière et minière, mais aussi à la pêche industrielle et aux activités militaires.

Le sanctuaire que nous proposons de créer se situerait dans les eaux internationales, au-delà des 200 miles nautiques de la zone économique exclusive des États côtiers et des territoires traditionnels des peuples autochtones.

L’Arctique nous appartient à tous.

Face à la convoitise des compagnies pétrolières et des chalutiers – pour qui la fonte des glaces est une occasion d’aller faire du forage pétrolier ou de pratiquer la surpêche -, il est en danger.

Mais l’avenir de l’Arctique est aussi entre nos mains. Maintenant que le monde a démontré son appui univoque pour la protection de l’Arctique, il est temps d’agir. Les gouvernements doivent désormais remplir leur obligation démocratique de protéger cette région fragile pour que les futures générations d’humains et d’animaux sauvages puissent bénéficier de sa beauté naturelle.

Un sanctuaire arctique protégerait l’un des écosystème les plus fragiles et uniques au monde, la maison des narvals, des ours polaires, des oiseaux de mer, et plus encore. Comme dans le cas de la protection de l’Antarctique, la création d’un sanctuaire laisserait cette zone ouverte pour certaines expéditions et pour réaliser des études scientifiques.

Plus de 800 personnalités influentes du monde entier ont déjà signé la Déclaration internationale sur l’avenir de l’Arctique et font partie d’un mouvement mondial grandissant pour sauver l’Arctique. Avec leur soutien et sachant qu’une large majorité de citoyen-ne-s à travers le globe appuient la création d’un sanctuaire arctique, nous pouvons travailler ensemble pour faire avancer la marche de l’Histoire dans le bon sens.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s